De Feu et de Sang
« Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre. La terre était chaotique et vide : il y avait des ténèbres à la surface de l'abîme, et l'esprit de Dieu se mouvait au-dessus des eaux. »
Ainsi il est écrit. Pour beaucoup, ces ténèbres ont continués et sont devenus éternelles même longtemps après que la lumière ai jaillit dans le cosmos. Ces ténèbres doivent disparaitre par tous les moyens nécessaires. Le Christianisme, présent sur le continent africain depuis littéralement le 1er siècle a des vestiges majestueux en Éthiopie et dans certaines parties de l'Afrique du Nord. Un long chemin à parcourir pour une religion originaire de Jérusalem (8). Cependant, avec le temps cette même religion a grandi pour devenir un allié efficace du colinialisme dans notre civilisation humaine à travers le monde et notamment ici dans nos civilisations africaines. Pas assez de personne ne remet en question le fait que les Africains sont les plus grands adorateurs d'une religion née au Moyen-Orient mais constamment représentée avec le visage d’un homme blanc comme étant le sauveur. Et pas suffisamment d'africains ne se demandent ce que nos ancêtres pratiquaient avant la colonisation s'ils savent même que nous avions un temps avant la colonisation. "Où étaient vos dieux africains pendant l’esclavage ? " demandent-ils. " Pourquoi ne vous ont-ils pas sauvés ?" ajoutent-ils. En effet, où étaient-ils ? Mais est-ce la bonne question ? La sagesse de Nyame en Royaume Ashanti a-t-elle été utilisée contre nous ? la philosophie égyptienne de Maat était-elle été corrompue, tordue et utilisée pour nous asservir au point de renoncer à notre terre ? Non, je ne pense pas.
Ils n'ont pas utilisé nos dieux contre nous pour une raison bien précise. Il était important pour les colons que nous nous agenouillons face à un dieu de leur ressemblance européenne. Que nous voyons Dieu comme ils le perçoivent. Le Christianisme est lié à leur culture européenne, leur état d'esprit et leur mode de vie. C’est pour cela qu'il était crucial que nous adoptons leur mode de vie (1). Ils ne pouvaient pas nous faire croire autrement car tout comme eux, notre spiritualité était un point d'ancrage fort à notre ascendance africaine, notre terre et notre culture. En 1455, le pape Nicolas V lui-même bénit et accorda l'asservissement de l’Afrique sub-saharienne et le pape après lui, Alexandre VI en 1493 donna l'autorité d'asservir et de convertir les amérindiens tout en perpétuant l'esclavage en Afrique tous deux dans l'espoir de nous sauver de notre "barbarie" (9 , 10). Et au fil du temps, est venu l'impérialisme avec la Conférence de Berlin en 1884 où chaque puissance européenne a utilisé tous les outils à leur disposition pour nous aliéner, y compris forcer le Christianisme sur nous (12).
Mais je ne suis pas ici pour relater et retracer l'histoire du christianisme, du moins pas dans ce sens. Ce dont je veux parler est l’état actuel de celui-ci. 
Je suis intrigué. Du fait que seul le côté reluisant et glorieux soit mis en avant. Le salut, la promesse de la vie éternelle et la parabole de l'amour. Loin de moi l'idée que j'ai pris un moment de mon précieux jour pour porter préjudice a cette religion. En réalité, je n'ai que faire de ces gens qui prétendent ne pas voir la vérité, le sang, le feu, les crimes qui ont été perpétrés. Mais quand la foudre frappe trop près, vous devez parler. Je suis fatigué des mensonges, de la mascarade, du faux mode de vie. Ce sentiment absurde du pardon, même pour ceux qui nous profanent de la manière la plus cruelle.  Cette idée d'accepter tout mal et faute qui vient à nous sans aucune forme de justice pour leur âme tourmentée. Plus jamais.
Les faux pasteurs et prophètes qui abusent de ces femmes, polluants leurs corps et leur âme pour la promesse du salut. Des enfants qui sont perdus et voient leur innocence exploitée pour la perversion écœurante du clergé. Mais ne leur tenez jamais tête car ils sont des " hommes de Dieu ". Ils voient clairement les péchés et les hontes des autres. Les premiers à juger les pulsions, condamner les vices et faire la police sur le corps avec une moralité bâtarde. Je pourrais continuer, pendant des heures et des jours. Ils ont créé un cercle des prédateurs où les pires d'entre eux sont envoyés pour servir en Afrique (11). Une congrégation de violeurs, de criminels et de charlatans. Ces femmes, ces enfants, ils ne peuvent appeler à l'aide en raison de l'immunité dont bénéficient ces mécréantes par ceux-là mêmes qui les suivent (13).
Comme je l'ai dit tantôt, la foudre a frappé trop près. Si près que j'écoute une femme se confier a moi en larmes me révélant que son prêtre l'a violée alors qu'elle n'était qu'une enfant. Si près, que mon âme s'est brisée en écoutant une survivante qui se souvient de l'époque il n'y a pas si longtemps quand quelqu'un en qui elle avait confiance comme un  frère de sa congrégation. L'ayant contrôlée et abusée d'elle quand elle s’est soumise à lui avec la crainte de Dieu au cœur. Je n’en peux plus de voir dans le journal un clergé qui utilise ses propres femmes pour leur paraphilie (14). Ce cercle est si fermé que des atrocités passent inaperçues. 
Je ne peux jamais m'opposer à quelqu'un qui choisit de pratiquer une religion surtout si cela procure la paix. Nous avons tous notre liberté et notre libre arbitre en ce qui concerne la foi surtout celle qui nous apporte la paix. Je peux supporter les critique et injures, je me suis habitué a la rapidité a juger ce que les autres font même quand souvent leur cœur est le plus noirs et un mode de vie est le plus obscènes, je me suis même habitué aux prédications sur mon âme destinée aux flammes éternelles de l'enfer en oubliant que même leurs péchés sont voué au même sort.
Mais je ne peux jamais me tenir à l'écart et me permettre de croire qu'au nom de la religion des femmes et des enfants sont profanées pendant que les auteurs demeurent impunis, libre après un simple « on va laisser à Dieu, on va prier ». Je ne supporte plus d'entendre les cris de ces personnes agressées par celui en qui elles avaient littéralement confiés leur âme. « Tout ça c’est le diable ! » s’exclament-ils alors qu'ils marchent librement en laissant l'âme torturée de leur victime vivre et revivre le traumatisme. Que des excuses et aucune responsabilité. Comment pouvons-nous nous permettre de laisser cette institution et ses disciples veiller sur le corps de nos femmes et notre sexualité alors qu'ils semblent eux même démunis de toute pudeur. Creant une loupe qui nous fait detester notre propre corps et son expression. Ils rallient les plus vulnérables dans le but de les exploiter.
Nous voulons la justice, nous voulons des réparations et voulons que ces criminels religieux soient confrontés aux conséquences réelles de leurs actes. Leurs victimes ne devraient pas souffrir plus en ayant à pardonner leur violeur ou prier pour eux. Ils ont besoin de voir le sang qu'ils ont versés et le feu qu'ils se sont propagés. L’Église rendra des comptes auprès des humains, même si nous devons attaquer cette institution corrompue de la même façon qu'elles nous ont attaquées. Justice, justice, justice. Mettons fin au cercle colonial.
Post Scriptum. Dans l'interlude. D'aucun droit vous ne devrez critiquer la vie et la pratique d'autrui. Nul ne vous donne l’autorité de porter des jugements sur la sexualité, la pudeur et le corps d'autrui. Votre bible que vous peinez vous-même a suivre n'est pas une maxime pour toute personne de votre entourage. Soyez aimant et bienveillant, sachons dénoncer le mal qui existe parmi nous et que chaque mécréant quelque soit son milieu puisse répondre d'une même justice. Accordons la justice pénal que mérite certain de ses prédateur. Nul n'a pour obligation d'accepter votre sauveur donc ne nous persuadez pas que nous somme perdu sans lui.  Comprenez que la Bible qui vous apporte ce réconfort a été utilisée pour apporter 1000 tourments a d'autres donc soyez respectueux de leur vécu.
Si l'amour est notre religion commune sachons l’étendre a tous et pas que ceux qui partage notre foi. Parce que a la fin, chacun doit avoir non pas le luxe mais le droit d'avoir paix dont vous chrétiens bénéficiez. Comprendre que quelque soit le chemin que nous choisissons pour notre, notre paix, notre âme, cela reste un chemin entièrement individuel
Back to Top